Wyszukiwarka

De nouvelles dispositions dans la loi sur les étrangers

A partir de mai 2013, selon la loi sur les étrangers, ceux qui viennent d'un autre pays auront la possibilité d' obtenir deux genres de permis de séjour en Pologne – le séjour temporaire ou le séjour permanent. Le permis de séjour temporaire est délivré pour une durée de 3 ans au maximum (attention: avant il était valable 2 ans) et il ne peut pas être renouvelé automatiquement. Actuellement, 45 jours avant l'expiration du délai de validité du permis, il est nécessaire de faire les démarches nécessaires et de solliciter la délivrance d'un nouveau permis.
La loi introduit aussi de nouvelles solutions pour les étudiants étrangers en Pologne. Dans ce cas-là, le temps de validité du titre de séjour s’élèvera à 15 mois. Si l'étranger fait ses études pendant moins d'un an, il reçoit le permis de séjour pour la période d'une année universitaire ou pour la période de toute ses études, en ajoutant 3 mois.
Dans le cas oú l’étudiant commence ou continue ses études , le permis de séjour sera attribuer pour la période de 3 ans. Selon la loi, il y aura également un permis de séjour dans le cadre de l'enseignement de la langue polonaise.
Les diplômées de l'université polonaise qui cherchent un emploi en Pologne peuvent demander le permis de séjour temporaire pour une période d'un an. L'étranger qui travail déjà en Pologne peut demander le permis de séjour et de travail en même temps.
La nouvelle loi précise exactement qui peut obtenir le permis pour la période temporaire et qui pour la période permanente. Dans le premier groupe on peut distinguer: les victimes de la traite de personnes, dans le deuxième: les enfants des étrangers qui ont un permis de résidence permanent en Pologne.
Le séjour d'un étranger sur le territoire Polonais sans documents l'autorisant à son séjour est considéré comme irrégulier. Il peut être demandé, par les gardes-frontieres, à un étranger en situation irrégulière de quitter le pays. Mais, avant les organes publics sont obligées de vérifier si la personne n'est pas victime de la traite des êtres humains dans son pays d'origine. Dans ce cas-là l'étranger est couvert par l’amnistie et il recevera le permis de séjour pour des raisons humanitaires.